Système d’état civil : la réforme en évaluation

Le MINATD, René Emmanuel Sadi a présidé hier la 2e session du comité de pilotage du programme de réhabilitation de cet outil au Cameroun.

La deuxième session du Programme de réhabilitation de l’état civil (PRE2C) s’est tenue hier à Yaoundé, sous la présidence du ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation (MINATD), René Emmanuel Sadi. Au menu des travaux, l’état de la mise en œuvre du programme et surtout, l’évaluation de la mise en œuvre du plan stratégique d’amélioration du système d’enregistrement des faits d’état civil.
En ouvrant les travaux, le MINATD a salué les efforts remarquables faits, notamment en vue de la recherche des données et la collecte des informations, la réforme du cadre juridique et institutionnel, la sensibilisation et la formation des acteurs, etc. Mais, comme l’a relevé René Emmanuel Sadi, la modernisation du système d’état civil passe aussi par l’informatisation des actes d’état civil. A ce sujet, grâce à un don français, le Bureau national de l’état civil (BUNEC) a lancé une étude-pilote portant sur la numérisation des actes d’état civil dans le département du Mfoundi. On parle de plus d’un million de documents déjà numérisés. Un schéma-directeur  d’informatisation de tout le système sur l’ensemble du territoire est attendu à la fin du processus. Cette phase du programme, a rappelé le MINATD, constitue la plus déterminante. Sa mise en œuvre sera assortie d’une vaste campagne de sensibilisation à l’intention des acteurs-clés du système, « ceux dont le rôle et la mission dans la délivrance des actes d’état civil sont prépondérants et déterminants ».
Rappelons que les réformes entreprises par le gouvernement ont bénéficié de l’appui de la France, à travers la 3e phase du Contrat-Désendettement-Développement (C2D). Un montant de 2,3 milliards est destiné au financement de la construction du siège du BUNEC. René Emmanuel Sadi a exprimé les remerciements du gouvernement à la France pour cet accompagnement.