Les motos-taxis en ordre de bataille contre le sida

Ils vont sensibiliser les populations au cours d’une campagne, après une étude réalisée sur leur comportement.

Dans son objectif de lutte contre la transmission du Vih/Sida en milieu social, l’association franco-camerounaise « Moto-action » associe désormais les conducteurs de motos-taxis. Mardi dernier, à Yaoundé elle a présenté les résultats de l’étude bio-comportementale et transversale, effectuée dans ce secteur.  C’était en présence de plusieurs invités aux premiers rangs desquels, Philippe Larieux, conseiller de l’ambassade de France au Cameroun et du Pr Samuel Kingue, conseiller technique au ministère de la Santé publique. A en croire Yves Manga, président de l’association « Mot-Action », les conducteurs de motos-taxis sont des relais de mobilisation et vecteurs des messages de prévention sur le Vih. « Avant de lancer la campagne proprement dite, il était question de faire une étude sur le comportements de ces derniers, pour se rassurer de la réussite de celle-ci », a-t-il expliqué.
Ainsi, l’étude a-t-elle été réalisée dans les villes de Yaoundé, Douala, Bertoua et Kribi, sur 1411 chauffeurs de motos dont l’âge médian est de 30 ans. Selon ces résultats, les motos-taxis transportent environ 50 personnes et travaillent en moyenne 10 h par jour. Côté sexualité, les résultats indiquent qu’une forte proportion de conducteurs de motos-taxis ont des partenaires multiples, 35% d’entre eux ont eu des relations avec des travailleuses de sexe. Au cours de l’étude, 992 chauffeurs ont accepté de se faire dépister. L’enquête a permis de constater que seulement 4% d’entre eux ont de fausses connaissances en ce qui concerne les méthodes de prévention du Vih/Sida. La campagne de sensibilisation sera lancée dans les prochains jours.