Les cours du pétrole rebondissent

Le baril de pétrole brut a augmenté de près de 10% mercredi après que l’OPEP a consenti à baisser sa production de 1,2 million de barils par jour.

C’est fait. L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), réunie mercredi à Vienne en Autriche pour son 171e sommet, a convenu de baisser sa production d’or noir. Les 14 pays membres de cette organisation valident ainsi l’accord conclu le 28 septembre dernier à Alger. L’effet sur les marchés ne s’est pas fait attendre. En effet, les prix ont augmenté de près de 10% à l’annonce de l’accord. La référence américaine de brut a haussé de 4,21 dollars, soit 9,1% à 49,44 dollars sur le contrat pour livraison en janvier. Hier, le baril de Brent s’échangeait à 52 dollars et plus.
Concrètement, l’OPEP va diminuer sa production de 1,2 million de barils par jour pour porter son plafond à 32,5 millions de barils par jour. L’accord prend effet à compter du 1er janvier 2017 pour une durée de six mois, renouvelable en fonction des conditions et des perspectives du marché. Sa mise en œuvre sera assurée par un Comité ministériel composé du Koweït, de l’Algérie, du Venezuela et de deux pays non-membres de l’OPEP sous la supervision du Koweït avec l’assistance du secrétariat de l’organisation. C’est la première fois depuis huit ans que l’organisation parvient à un tel accord pour soutenir les cours. « Les pays-membres, en acceptant cette décision, ont confirmé leur engagement à un marché pétrolier stable et équilibré, avec des prix à des niveaux qui conviennent à la fois aux producteurs et aux consommateurs. », peut-on lire dans le communiqué de presse publié par l’OPEP.
Si la position de la Russie (non membre de l’OPEP) faisait encore planer des doutes au lendemain de la rencontre d’Alger en septembre, le pays, selon l’OPEP, s’est engagé à réduire sa production d’or noir de 300 000 barils par jour, soit la moitié de l’objectif de réduction en volume (600 000 barils) demandé aux pays extérieurs à l’OPEP.
L’Arabie saoudite diminuera sa production de 486 000 barils par jour. Celle de l’Irak devrait baisser de 210 000 barils, tandis que les Emirats arabes unis baisseront la leur de 139 000 barils. Enfin, le Koweït produira 131 000 barils de pétrole en moins.  L’Iran par contre, a obtenu d’augmenter sa production de 90 000 barils par jour pour la porter à 3,8 millions. Le pays veut profiter de la levée des sanctions économiques à son encontre. La Libye et le Nigeria ne sont pas concernés par ces limitations du fait des conflits auxquels ils font face et de l’impact sur leurs finances publiques.
Le Nigeria, le Tchad et les autres pays exportateurs de pétrole subissent depuis juin 2014, les contre coups de la baisse des cours de l’or noir sur le marché mondial. Cet accord de l’OPEP est donc une bonne nouvelle pour ces économies. Certains analystes présagent que les cours de l’or noir devraient osciller entre 50 et 55 dollars le baril. Une bonne marge de manœuvre pour le Cameroun, également pays exportateur de brut, qui a préparé son budget 2017 sur la base d’un prix du baril de pétrole à 40 dollars.